mHealth Grand Tour 2015 : diabète et santé mobile à l’épreuve de la route


31 août 2015

Les maladies chroniques explosent et sont responsables de deux décès sur trois dans le monde. Parmi elles, le diabète touche 8,3% de la population mondiale. Face à ce fléau, les technologies de santé mobile se perfectionnent pour prévenir la maladie et accompagner les patients. Pour les mettre à l’épreuve, un tour cycliste unique en son genre enrôle ses participants diabétiques dans un challenge sportif, scientifique et technologique. Pour sa troisième édition, le mHealth Grand Tour emmène les coureurs du 3 au 12 septembre pour une virée de Bruxelles à Genève, et mettra en avant les bénéfices de la santé mobile pour lutter contre le diabète.

Chiffres clefs :

  • En 2012, on estimait que le diabète avait été la cause directe de 1,5 million de décès. L’OMS prévoit qu’en 2030, le diabète sera la septième cause de décès dans le monde. source (ouvre un nouvel onglet)
  • Le diabète touche 4 millions de personnes en France, soit une personne sur 12. 90% de ces malades sont atteints de diabète de type 2. source (ouvre un nouvel onglet)
  • D’ici 2017 en Europe, la santé mobile pourrait éviter que 5 millions de personnes deviennent « à risque » de développer un diabète de type 2. source (ouvre un nouvel onglet)
  • D’ici 2018, le nombre d’applications mobiles pour le diabète va augmenter de 7,8%. source (ouvre un nouvel onglet)

Pour aller plus loin :

 

L’interview de Gérard Raymond, Secrétaire général de l’AFD

« Un renouveau pour la vie des personnes diabétiques »

Si le mobile a bouleversé les usages de notre société, les solutions de santé mobiles représentent une véritable révolution pour les patients atteints de maladies chroniques, et en particulier les diabétiques.

Conscients du défi à relever, les acteurs des nouvelles technologies et opérateurs mobiles s’impliquent massivement dans des projets liés au diabète.

« Lorsqu’on souffre de diabète, on est confronté tous les jours à la maladie, et à n’importe quel moment. Or nous avons tous désormais un téléphone mobile dans notre poche, c’est un outil qui peut vraiment aider les malades », explique Viet-Dung Dam, responsable du projet mHealth Grand Tour pour Orange.

Dans les rangs de l’opérateur français, on promet que le smartphone sera bientôt aux diabétiques ce que le Tricordeur est à la série Star Trek…

1500km pour conjuguer sport, médecine et technologie

Pour prouver que le smartphone sera bientôt aux diabétiques ce que le Tricordeur est à la série Star Trek, Orange s’associe pour la deuxième fois au mHealth Grand Tour, une course cycliste de 1500km qui embarque les coureurs diabétiques de Bruxelles à Genève en passant par Paris.

Un effort physique réservé aux sportifs entraînés mais qui permet de montrer qu’on peut pratiquer un sport de façon régulière voire intensive, même lorsqu’on est diabétique.

« Le diabète se caractérise par une élévation du taux de sucre dans le sang, suite à un dysfonctionnement de l’hormone régulatrice : l’insuline. Pour maîtriser son taux de glycémie, le diabétique a trois possibilités : contrôler ce qu’il mange, brûler du sucre par la dépense physique, et s’injecter de l’insuline », rappelle Gérard Raymond, secrétaire général de la Fédération Française des Diabétiques.

Celui-ci se félicite de l’alliance entre technologie et médecine : « Les outils mis en place sur le Tour vont permettre d’avoir une meilleure connaissance de la santé des diabétiques en cas d’effort prolongé, et d’adapter la quantité d’efforts à chacun ».

Un hub d’applications inédit

Un hub d’applications a été élaboré pour apporter des solutions utiles aux coureurs diabétiques en amont, pendant et après leur parcours.

« Le défi de cette édition consiste à réaliser une collecte de données en temps réel depuis les différents dispositifs médicaux connectés, permettant ainsi le télé-suivi des patients pendant la course par des médecins, et l’utilisation des données pour leur proposer un coaching personnalisé », explique Viet-Dung Dam.

Chaque partenaire apporte sa pierre à un édifice technologique inédit : un hub d’applications dont Orange assure la colonne vertébrale par une collecte intelligente des données et leur hébergement dans son cloud.

  • Les coureurs se verront équipés des lecteurs de glycémie en continu élaborés par Dexcom, contrôlant à tout moment leur taux de sucre.
  • À leur poignet, la montre connectée Basis Peak développée par Intel, mesurant le rythme cardiaque, la transpiration, l’effort fourni et même la qualité du sommeil.

Également à leur disposition :

  • une balance, un glucomètre et un tensiomètre connectés (TAPcheck),
  • une application capable de détecter la composition de leurs aliments (Tellspec),
  • et une autre leur proposant des conseils médicaux personnalisés grâce à l’intelligence artificielle (MedWhat).

Toutes ces applications sont synchronisées sur un smartphone fourni par Samsung.

« Ces technologies, qu’elles soient médicales ou de l’ordre du bien-être, permettront aux coureurs de mieux se connaître et d’adapter leur course à leurs capacités. Mais elles vont surtout fournir aux professionnels de santé des données précieuses pour apporter le meilleur suivi possible aux patients », conclut Viet-Dung Dam.

La recherche en ligne de mire

Et pour cause, au-delà des bénéfices pour les cyclistes du Tour, la collecte de données sert un projet plus vaste de recherche scientifique : une étude clinique sur la corrélation entre variations de glycémie et pratique du sport menée par la Société Francophone du Diabète.

Partenaire du mHealth Grand Tour, la GSMA, association qui représente les intérêts des opérateurs mobiles à travers le monde, voit dans cet événement une démonstration de tout ce que la m-santé peut faire pour la prévention, le traitement et la recherche sur le diabète, et des économies réalisables par ce biais pour les systèmes de santé.

« La prouesse de ce Tour réside dans la combinaison du meilleur de l’industrie technologique au service d’une pathologie chronique : data, objets connectés, capteurs, quantified self et mise en réseau », estime Jeanine Vos, Directrice du programme « Connected Living » au sein de la GSMA.

Selon cette dernière, le temps n’est pas loin avant que des pompes à insuline réagissent directement à l’envoi d’une donnée sur la glycémie pour envoyer la dose nécessaire au patient connecté. Les coureurs du mHealth Grand Tour y auront certainement contribué.

En effet, une étude sera menée par la Société Francophone du Diabète à partir des données récoltées durant le Tour pour étudier l'impact des solutions de santé mobile pour la gestion quotidienne du diabète. Les résultats devraient être disponible en début d'année 2016.