Orange Healthcare au cœur du Paluthon au Cameroun


27 avril 2015

Orange, partenaire de l’opération PALUTHON au Cameroun, organisée par Santé en Entreprise (SEE).

Alors que la lutte contre le paludisme a fait d’énormes progrès ces dernières années, la maladie a toujours un impact dévastateur sur les biens et les moyens d’existence dans le monde entier, notamment en Afrique où elle tue chaque année près d’un demi–million d’enfants de moins de 5 ans.

La sensibilisation et la prévention restent les principaux moyens de réduire sa transmission. Ainsi, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le paludisme (25 avril 2015), Santé En Entreprise (ouvre un nouvel onglet) a mis en place une grande opération de communication au Cameroun pour sensibiliser la population à la transmission et au traitement de la maladie.

Orange Healthcare a soutenu l’évènement et s’est engagé plus globalement dans la prévention médicale au Cameroun en lançant en partenariat avec le Ministère de la Santé en mai 2014 My Healthline, un service d’information et de prévention médicale par SMS.

Les clients d’Orange Cameroun peuvent ainsi envoyer leurs questions Santé par SMS au 929 (0,25 €/SMS), notamment celles concernant le paludisme. Orange les anonymise et les transfère à une équipe médicale, qui répond sous une heure 7j/7 de 8h à 22h.
Le service est disponible dans les deux langues officielles, le français et l’anglais, et aussi en pidgin, le principal dialecte local.

My Healthline a ainsi été promu lors du Paluthon afin de rappeler à la population camerounaise l’existence de ce service et de les encourager à l’utiliser, le Ministère de la Santé camerounais ayant pour objectif d’éliminer le paludisme d’ici à 2030.

Le saviez-vous ?

  • Le paludisme est une maladie qui peut être mortelle. Il est dû à des parasites transmis à l’homme par des piqûres de moustiques infectés.
  • En 2013, le paludisme a été à l’origine de 584 000 décès, pour la plupart parmi les enfants africains.
  • Exclusivement transmis par les piqûres de moustiques, la protection individuelle contre leurs piqûres représente le premier moyen de défense. La maladie peut également être prévenue au moyen d’antipaludiques. Les voyageurs peuvent se protéger au moyen d’une chimioprophylaxie qui supprime le stade sanguin de l’infection palustre, ce qui empêche le développement de la forme clinique de la maladie.
  • Le renforcement des mesures de lutte et de prévention permet de réduire de façon spectaculaire la charge palustre dans certains endroits.