Les GHT : la vision commune d’Orange Healthcare et Enovacom


24 avril 2019

Les opportunités du programme HopEN pour les GHT en construction

Avec une mutualisation des outils et une organisation qui se mettent en place, les GHT sont désormais bien présents. Conçu pour prendre le relais d’Hôpital Numérique, le programme HopEN et les 7 leviers stratégiques présentés sur la feuille de route – dont « Renforcer les SI et leur prise en compte stratégique » – vont permettre d’aller plus loin notamment grâce aux financements de ce programme.

Une approche nouvelle de coopération médicale et d’accompagnement du patient commence à se mettre en place, et se concrétise véritablement depuis deux ans. Les GHT inscrivent la collaboration dans leur quotidien et travaillent désormais dans une logique de décloisonnement à chaque niveau :

•    entre hôpital, ville et médico-social
•    secteurs privé et public
•    entre professionnels

On peut distinguer différentes stratégies, au-delà de la maitrise budgétaire par la mutualisation des achats par la direction des systèmes d’information :

•    Installer une identité unique pour le patient au sein d’un territoire, indispensable pour suivre son parcours et pour simplifier l’échange d’informations entre les différents professionnels de santé.
•    Mettre en place l’interopérabilité des systèmes existants, élément clé pour éviter des projets et dépenses importants par la remise en cause des logiciels de chaque grand domaine fonctionnel.
•    Déployer une stratégie de sécurité au niveau du GHT dans le but de coordonner les pratiques et de consolider les systèmes déjà existants.
•    Dans les domaines fonctionnels prioritaires comme le Dossier Patient Informatisé, aller vers une refonte complète du système

Une stratégie de convergence définie par plus d’un GHT sur deux

D’ici 2021, tous les systèmes d’information hospitaliers devront être convergents avec un identifiant unique pour les patients et des applications identiques par domaine fonctionnel.

Selon les derniers chiffres publiés par la DGOS, les SDIS (schéma directeur des systèmes d’information) ne semblent pas avoir été finalisés pour seulement 10% des GHT. Plus de la moitié des GHT ont défini leur stratégie de convergence, et d’autres ont entamé la démarche comme par exemple le GHT d’Armor avec son projet eRoz (un SI dédié au patient) ou le GHT 41.

Notre approche commune pour s’adapter aux besoins de chaque région, de chaque établissement…

Simplifier ensemble le quotidien de tous les acteurs de la santé est l’objectif des innovations proposées par Orange Healthcare et Enovacom, qu’il s’agisse de la direction des systèmes d’information, des professionnels de santé ou des patients.

Recevoir au bon moment les bons soins dans des structures adaptées par les bons professionnels de santé, reposant sur la force à la fois des technologies mais aussi des services à valeur ajoutée : voici l’enjeu majeur des années à venir. Il est donc essentiel de pouvoir assurer un voyage fluide des données de santé de chaque personne et un parcours patient sécurisé.

Afin de pouvoir s’adapter aux nouveaux besoins de mutualisation et de centralisation, notre offre évolue : aujourd’hui, nous concevons toutes nos solutions et leur architecture pour répondre aux besoins du territoire, du GHT et de l’établissement individuel. Pour d’adapter au terrain, notre proposition doit en effet rester flexible et agile, dans une logique d’innovation opérationnelle.

… et de chaque système d’information de GHT

Les directions informatiques proposent actuellement des outils au service de l’hôpital et du territoire dans le but de construire leur stratégie sur le long terme. Ces directions attendent de leurs partenaires une même vision qui dépasse celle des investissements budgétaires. Des investissements qui devraient d’ailleurs être plus conséquents : les établissements consacrent en moyenne 1.5% de leur budget en France, tandis qu’elle atteint 2.5 à 3% dans les pays de l’OCDE.

Nous proposons donc des solutions technologiques durables, avec 3 objectifs majeurs :
•    Respecter la capacité d’investissement de chaque organisation
•    Être capable à la fois d’anticiper leurs besoins et d’innover, par exemple dans l’exploitation des données et la médecine prédictive
•    Rendre les systèmes d’information flexibles et évolutifs pour pouvoir facilement inclure de nouvelles innovations