[interview] Gérard Raymond – « Un renouveau pour la vie des personnes diabétiques »


31 août 2015

Autonomie, meilleure hygiène de vie, échanges renouvelés entre patients et médecins : la m-santé promet de bouleverser la gestion du diabète au quotidien. Partenaire du mHealth Grand Tour 2015, la Fédération Française des Diabétiques s’implique dans le développement de ces solutions mobiles pour qu’elles répondent au mieux aux besoins des diabétiques.

Qu’est-ce qui motive le soutien de l’AFD au mHealth Grand Tour ?

Il est important pour une personne diabétique de pratiquer une activité physique, et toute action exemplaire dans ce sens doit être promue et valorisée. En montrant qu’un diabétique sportif et entraîné peut parcourir 1500 km en vélo, on envoie un message à tous les autres.
En outre, on voit aujourd’hui arriver beaucoup d’innovations pour la prise en charge des diabétiques, pour permettre leur autonomie, l’autocontrôle et traitement : le Tour nous permet d’informer l’ensemble des diabétiques sur tout ce qui se fait en termes d’innovation et d’avancée thérapeutique.

Pourquoi est-il important que le secteur des nouvelles technologies s’implique dans les thérapies pour le diabète ?

Le diabète touche 4 millions de personnes en France, l’impact sur notre économie et sur la société est énorme. Les complications liées au diabète sont lourdes : problèmes cardiovasculaires, insuffisance rénale, amputation, cécité… Cela ne peut pas rester dans les seules mains des acteurs de la santé. Des opérateurs comme Orange et d’autres entreprises innovantes apportent grâce à leurs technologies un renouveau dans la vie des personnes diabétiques, et donnent une image plus positive des traitements.

En quoi les solutions de santé mobile répondent à des problématiques spécifiques au diabète ?

L’essentiel pour soigner le diabète, c’est que le patient adhère et participe à son traitement. Dans le cas du diabète de type 2, le médicament vient en soutien d’une bonne hygiène de vie. La capacité du patient à se prendre en main et à s’autogérer est primordiale, or les solutions mobiles permettent un suivi plus autonome et des échanges plus dynamiques avec les professionnels de santé. Ces technologies rendent le patient acteur de sa santé, l’objectif de ce tour est de promouvoir cela.

Parmi les applications de m-santé déployées sur mHealth Grand Tour, quelles sont les plus intéressantes pour un diabétique ?

Ce qui est particulièrement lourd dans le traitement du diabète, c’est de devoir se piquer le bout du doigt cinq à six fois par jour pour contrôler sa glycémie (taux de glucose dans le sang, ndlr), en particulier lorsqu’on fait du sport, c’est fastidieux… Le lecteur de glucose en continu permet de connaître sa glycémie à tout moment : c’est un capteur qui se présente comme un patch de la taille d’une pièce de deux euros, on le porte à-même la peau sur le ventre ou le bras, pour mesurer la glycémie du liquide interstitiel.

Les premiers produits de ce genre mis sur le marché semblent fiables, mais ils sont encore très chers, environ 120€ par mois. Des tests cliniques doivent encore être faits pour prouver l’efficience de ces lecteurs, et espérer qu’ils soient remboursés par l’Assurance Maladie ou les complémentaires santé, car tous les diabétiques attendent de profiter de ce type innovation. L’étude menée sur le mHealth Grand Tour va permettre d’observer l’utilisation que les patients en font dans le cadre d’un effort physique, c’est très intéressant.

Quel est le rôle du médecin dans le cadre de l’utilisation de tels outils mobiles ?

Ces technologies révolutionnent la relation patient/médecin, parce qu’elles donnent des compétences et plus d’autonomie au patient. Le médecin devient alors accompagnateur, il doit apporter une explication et une analyse des données collectées par le patient. Il doit être en mesure d’orienter le patient vers telle ou telle application en fonction de ses besoins et de ses résultats. Globalement, les professionnels de santé accusent un certain retard sur le sujet, ils ne connaissent pas bien ces outils.

Qu’attendez-vous de la part des industriels des nouvelles technologies ?

Je pense qu’on gagnerait tous à impliquer davantage les patients dès le stade de la conception de ces outils, et pas seulement au moment de tester une solution déjà développée. Nous voulons participer à leur construction et à leur évaluation pour qu’ils correspondent à nos besoins. C’est dans cette perspective que l’AFD a mis en place le Diabète Lab (ouvre un nouvel onglet), afin d’évaluer les usages, tester les dispositifs existants et adresser des recommandations aux industriels.

La santé mobile peut-elle faire baisser le nombre de diabétiques ?

Non, ces solutions permettent de mieux vivre avec la maladie, de réduire le coût du diabète pour notre système de santé (en évitant au maximum les complications les plus graves), et à long-terme de prévenir ou retarder l’apparition de nouveaux cas de diabète de type 2.


Gérard Raymond, secrétaire général de l'Association Française des Diabétiques

Pour aller plus loin :

[dossier du mois] mHealth Grand Tour 2015 : diabète et santé mobile à l’épreuve de la route
Pour sa troisième édition, le mHealth Grand Tour emmène les coureurs du 3 au 12 septembre pour une virée de Bruxelles à Genève, et mettra en avant les bénéfices de la santé mobile pour lutter contre le diabète.

Lire le dossier