Baromètre santé : regards des Français et des Européens sur l’hôpital et la santé aujourd’hui, attentes pour l’avenir


29 mai 2018

Le sondage Odoxa montre que les Français apprécient leurs personnels de santé et parcours de soin. Ils estiment que l’amélioration des hôpitaux passera par une augmentation des moyens en personnels, et voient d’un bon oeil les apports de l’e-santé.

Ce mardi 29 mai, l’institut de sondages Odoxa publie la douzième vague de son Baromètre santé 360. Celle-ci se focalise sur les regards des Français et Européens sur l’hôpital et la santé aujourd’hui ainsi que leurs attentes pour l’avenir. Près de 200 médecins, 1500 personnels hospitaliers, 3000 patients français, et 7000 patients européens (Français, Allemands, Britanniques, Italiens et Espagnols) ont été interrogés par Odoxa au début de ce mois de mai.

La qualité du système de santé et l’engagement de ses acteurs sont perçus de manière très favorable par les Français. 

Partout en Europe, les personnels de santé jouissent d’une bonne image auprès des patients. Les médecins notamment, même si plus de la moitié de la population les jugent “privilégiés”, “conservateurs”, ou encore “corporatistes”. Les infirmières, elles, sont particulièrement appréciées ; en France, encore plus qu’ailleurs : 94% des sondés ont une bonne opinion des infirmières. Les personnels hospitaliers sont globalement perçus comme “compétents”, “courageux”, “sympathiques”, leur rémunération considérée comme largement insuffisante, et leurs professions trop peu reconnues.

Travailler à l’hôpital est dûr, 9 français sur 10 estiment que les personnels sont débordés… Ils sont peu enthousiastes à recommander ces professions à leurs enfants. Un avis bien plus marqué encore chez les principaux intéressés : 8 infirmières sur 10 déconseillent à leurs enfants de suivre la même voie qu’eux.

La qualité des soins, elle aussi, est appréciée. En France, 84% des sondés la jugent “globalement bonne”. Et sur cette question, l’Hexagone fait figure de numéro 1, bien devant les autres pays sondés. La perception de la qualité des soins est légèrement supérieure dans le privé, mais les Français privilégient le public, moins cher, plus universel. Dans leur choix d’aller consulter un établissement ou un autre, c’est la recommandation du médecin qui prime.

Les Français souhaitent une augmentation des moyens dans leurs hôpitaux. Ils voient dans l’e-santé et la fin de la tarification à l’acte deux vecteurs d’amélioration des services hospitaliers.

Comparés à leurs compatriotes européens, les Français ont une particularité : ils privilégient l’exigence de justice et d’équité dans les soins plutôt que celle de performance.

Les Français croient que leur pays investit peu dans la santé, alors que ce sont ceux qui dépensent le plus en matière de santé publique. Ils sont quoi qu’il en soit convaincus que l’amélioration des hôpitaux passe par une augmentation des moyens, surtout en termes de personnels. Les dépenses de santé sont pour eux prioritaires, quitte a réduire des investissements publics dans d’autres domaines.

Le développement de l’e-santé est vu d’un bon oeil par les Français. Ils estiment en grand nombre que celle-ci fera évoluer positivement le parcours de soin et qu’elle permettra en même temps d’améliorer la rémunération des personnels. Si 8 Français sur 10 craignent des risques de piratage, ils sont une majorité à faire confiance aux institutions pour les en protéger. L’accès, bientôt disponible, aux données médicales personnelles en ligne, est plébiscité par les trois quarts des Français. La majorité de sondés est d’ailleurs favorable à la rémunération de la téléconsultation et de la téléexpertise.

En terme de rémunération, ils sont prêts à une autre révolution : Deux tiers des patients sont pour la suppression de la tarification à l’acte à l’hôpital. Celle-ci est jugée mauvaise, susceptible de générer une dictature du chiffre. Les personnels hospitaliers ne leur donnent pas tort, ils appellent à la mise en place d’une solution mixant forfait et paiement à l’acte.

Découvrez l’intégralité du baromètre en cliquant sur ce lien.

Source des statistiques : l’étude réalisée par l’institut de sondages Odoxa pour Orange en mai 2018.